Premier jour du reste de ma vie

Printemps 96. Peut-être est-ce l'été ? Ma mémoire me joue des tours. Du reste, cela a-t-il une importance ?

Printemps 96 et des poussières, donc. Vingt ans, le bel âge. Je n'habite plus chez mes parents et la vie est superbe. Je fais mes études à la fac et vis avec mes deux colocs. Je m'éclate !


Vingt ans. Le temps de l'insouciance. De l'innocence, des grands rêves, des belles fiestas. J'adore cette période. J'adore cette époque. Je me sens libre, profondément libre.

Je n'ai pas de téléphone portable. Sacré luxe, indubitablement. "Où est Stéphanie?"" Elle travaille chez une amie et rentrera tard. Elle vous rappellera demain."


Mes colocataires sont de vraies reines. De véritables passeports pour la liberté. La liberté avec un grand L, la liberté version XXL. Personne ne sait où je suis, ce que je fais, et c'est tant mieux ! Perchée sur mon vélo, je parcours la ville et la vie. Mon monde est animé : je plonge, j'aime sortir avec mes amis dans les bars à salsa où je ne danse pas, je rêve déjà de voyager, de parcourir le monde, d'être journaliste, styliste, décoratrice ...


Et puis, je suis amoureuse. La vie est douce. Le monde est à moi.

Vingt ans, des étoiles et des projets plein les yeux ...


Printemps 1996, donc. Après-midi au lac. Nous sommes en Lozère, le temps est superbe et la balade magnifique. Un semblant de paysage canadien dans l'air.


Nous allons regagner la voiture. Je me suis fait piquer au bras. La tâche s'étend de plus en plus, c'est vraiment impressionnant. Le radiateur du véhicule à fond, nous espérons la faire disparaître. L'insecte était certainement infecté. Peut-être est-ce une allergie. N'en parlons plus. Dans quelques jours, cela aura disparu. Il fait bon, l'air est doux. La vie est belle. Alexis démarre le moteur. La nuit tombe.


Premier jour du reste de ma vie ...


Il faudra attendre vingt ans pour qu'on parle enfin de la maladie de Lyme. Vingt ans pour que je comprenne cet érythème migrant sur ma peau. Vingt ans pour que les médecins reconnaissent qu'en France les tiques sont porteuses. Et pour que mon premier test de dépistage soit enfin fait.

 

Pour aller plus loin …


  • La maladie de Lyme, Kesako ?


Cette maladie tire son nom de la ville de Lyme, aux Etats-Unis, où elle a pour la première fois été identifiée en 1977 ( ne serait-ce pas mon année de naissance ? Drôle de coïncidence ...) Il s’agit d’une maladie vectorielle, transmise par les tiques infectées par une bactérie. Elle touche l’homme, mais aussi les animaux.

  • Sais-tu ce qu’est une tique ?

C’est ce genre de petite bête que tu retrouves parfois sur toi ou sur tes animaux de


Tique, insecte
Tique

compagnie après t’être baladé(e) en forêt par exemple. Mais pas uniquement. J’habite dans le Sud de la France et mon chat se fait régulièrement piquer. Ses longs poils blancs sont sans doute un refuge particulièrement agréable pour ces petites bêtes. Toujours est-il que j’ai dû me munir d’un tire-tique pour les lui retirer. La tique procède en effet ainsi : elle visse sa tête directement sur sa proie et se gonfle ensuite de sang. Il arrive ainsi de retrouver des tiques énormes parce que parfaitement repues.



  • Comment s’en débarrasser ?

L’erreur à faire serait de tirer sur la tique pour l’enlever. La tête resterait en effet à l’intérieur. Se munir d’un tire-tiques est primordial dans cette étape. Il suffit alors de saisir la tique entre la tête et le corps grâce à la pince et de tourner jusqu’à ce qu’elle finisse par sortir. Pour ma part, je brûle chaque tique que je retrouve sur mon chat.

  • Existe-t-il une prévention ?

On trouve en pharmacie, ainsi que dans le commerce, des produits pour traiter les animaux. Pour mon chat, j’utilise le produit Frontline, qui fonctionne très bien. L’application se fait entre les omoplates et doit être renouvelée régulièrement.


Pour ce qui est de l’homme, il existe des répulsifs à tiques. Il convient également de bien se couvrir lorsque l’on se promène en forêt et de parfaitement s’examiner sous toutes les coutures lorsqu’on en revient.

  • Et après ?

Il peut exister différents cas :

- la tique n’est pas porteuse de la bactérie. Elle ne représente pas de danger.

- la tique est infectée. Un érythème peut alors se former. Il s’agit d’une plaque rouge et diffuse, qui peut évoluer, bouger, d’où son nom d’érythème migrant.

L'erythème est une plaque rouge de forme irrégulière qui survient suite à une piqûre de tique
Érythème suite à une piqûre de tique

( source: wikipédia)



A cette éruption cutanée peuvent s’ajouter d’autres symptômes, dont une sensation d’état grippal quelques jours ou semaines suivant l’infection. Bien évidemment, ces derniers passent le plus souvent totalement inaperçus.

- la tique est infectée mais aucun symptôme n’apparaît, et cela avant parfois des années.

  • Que faire alors ?

Les médecins prescrivent aujourd’hui le plus souvent une antibiothérapie de trois semaines suite à une piqûre. L’infection prise en charge à ce stade-là permettra une guérison quasi systématique. En revanche, non traitée, la maladie prend peu à peu de terrain et apparaît parfois des années plus tard.

  • Les différents stades

Elle évolue ensuite et passe :

- au stade secondaire

- puis au stade tertiaire : la maladie devient alors chronique et la guérison semble peu probable.

  • Un diagnostic difficile et des tests peu fiables

- Diagnostiquer la maladie est souvent extrêmement difficile, à la fois parce que les symptômes sont multiples, peuvent toucher plusieurs organes, et diffèrent d’une personne à l’autre


- Par ailleurs, les tests en France restent peu fiables : les plus connus sont le Western Blot, et le test Elisa mais les résultats peuvent se révéler négatifs, notamment si la piqûre est ancienne, alors qu’il n’en est rien

Pour ma part, j’ai vécu une errance médicale de vingt ans. Les médecins savaient pourtant que j’avais été piquée mais on m’a toujours répété qu’il n’y avait pas de tiques infectées en France, si ce n’est en Alsace …

  • Quels traitements ?

- l’antibiothérapie continue, ou entrecoupée de pauses, est le plus souvent inévitable, surtout si le stade est très avancé. Mais il s’agit par ailleurs d’un traitement controversé. Quoiqu’il en soit, l’antibiothérapie est particulièrement difficile à supporter pour l’organisme, parce qu’elle relance les bactéries. Elle détruit également toutes les bonnes bactéries sur son passage et il faut ensuite réensemencer la flore. C’est un traitement difficile, mais qui a prouvé ses effets sur de nombreux patients.


- la naturopathie : beaucoup de malades ont recours à la médecine par les plantes. Se traiter ainsi est long et onéreux parce que non remboursé, malheureusement. Mais il porte très souvent ses fruits en consolidant et reboostant un système immunitaire fortement affaibli.


- l’alimentation et l'hygiène de vie : elle est, à mon sens, un des piliers de la guérison. Suppression du gluten, du sucre et des produits laitiers semblent notamment incontournables.


Pour finir, je tiens à rappeler que cette maladie se transmet in utero, c’est à dire de la mère à l’enfant. Il faut en avoir conscience.

Si tu veux en savoir plus, je t’invite notamment à consulter le très bon site Socialyme.


Si tu souhaites découvrir mon site de déco, n'hésite pas à le parcourir. Je n'y évoque pas la maladie. Et cela peut être une belle source d'inspiration pour ta maison. Rends-toi pour cela dans le menu et laisse-toi guider.


A bientôt !


Bulle de déco

71 vues0 commentaire
profil.jpg

Bienvenue sur Bulle de déco ! Passionnée de déco, d'arts, de design, de voyages, je te propose mes inspirations et idées pour te confectionner un bel intérieur...

Pense à t'abonner pour ne rien manquer !

A bientôt !

  • Instagram
  • Pinterest